C'est à Buenos Aires que nous terminerons notre périple commencé il y a 11 mois... Encore quelques jours pour manger de la viande à gogo, voir du tango et découvrir les quartiers typiques de cette grande ville avant notre grand retour...

Nous avons choisi d'être hébergés non pas à l'hôtel cette fois, mais chez des "couchsurfers" (site ici !) qui nous feront peut-être découvrir des facettes cachées de Buenos Aires. Nous retrouvons également Loïs, avec qui nous passons de bons moments entre restaurants, balades dans la ville et Playstation (oui, oui !).

Nous découvrons la grande ville de Buenos Aires, son centre historique avec la Plaza de Mayo (prononcer "Macho"), ses immeubles d'affaires, ses rues piétonnes commerçantes, le bruit de la circulation, l'ombre des immenses constructions...

Heureusement, Buenos Aires possède aussi quelques "quartiers" typiques qui font son charme. (Merci Sonia pour tes descriptions que je me suis permise de réutiliser en partie !)

La Boca, célèbre dans le monde entier pour le stade de l'équipe de la Boca Junior, est aussi connue pour être située à l'emplacement de la première ville de Buenos Aires. Ce quartier s'est développé à la fin du XIXème siècle, le long du port, sur les rives bien souvent inondées du fleuve Riachuelo et autour de nombreuses usines, symbole d'une ville en pleine croissance. En raison de la proximité du fleuve qui débordait souvent, les habitants s'étaient accoutumés à des logements précaires : des petites maisons basses en bois et tôle ondulée. Berceau du prolétariat de Buenos Aires, le quartier d'une bohème artistique et littéraire vit également la naissance du tango sous sa forme la plus authentique. Aujourd'hui, le port est pollué et envasé et les usines désaffectées. Les immigrants des pays plus pauvres s'y sont installés. Pourtant, le quartier de la Boca garde un charme indéniable avec quelques jolies rues colorées, malheureusement un peu trop envahies de touristes et boutiques souvenirs...

San Telmo était un quartier résidentiel chic jusqu'à la fin du XIXeme siècle, dont subsistent de belles demeures aristocratiques. Les épidémies firent des ravages à cette époque et poussèrent les habitants à changer de quartier. A leur place, se sont installés les très nombreux immigrants européens, notamment italiens. Le quartier est alors devenu bohème et dans ses bars est né le tango. Dans les maisons de style colonial se sont installés intellectuels, artistes, antiquaires et de nombreux brocanteurs.

Palermo Viejo, c'est un peu le quartier des stylistes-créateurs, mais aussi des petites boutiques de créateurs-designer... Quelques bonnes affaires à faire donc, si on a la patience de farfouiller dans les multiples étalages garnis de modèles plus ou moins loufoques ! De belles façades, un peu trop rares, aux décors de stuc raffinés...

Nous sentons que la fin de notre périple est proche. L'idée de notre retour, si lointaine au début de cette formidable aventure, est maintenant si près de nous que nous avons du mal à réaliser que bientôt, nous serons là, en France, près de vous tous, famille, ami(e)s...

Les angoisses liées à notre retour commencent à faire leur apparition : comment allons nous nous réadapter à la vie "française", la vie de sédentaires (!!!), trouver un travail, un logement...
Mais nous ne voulons pas nous laisser submerger par nos émotions, on verra au moment venu ! (plus facile à dire qu'à faire !)

Départ pour la France le lundi 18 août 2008, 17h05, aéroport international Ezeiza, Buenos Aires...